Souffrance au travail : les revendications du Snec-CFTC

22/05/2018 | 1er degré, 2nd degré, Toutes les actualités

Les publics évoluent : le rapport à l’école et à l’autorité a profondément changé en l’espace d’une génération. Qu’il s’agisse des élèves ou de leurs familles qui peuvent être sources de pression auprès des enseignants, directement ou via le chef d’établissement.

Les méthodes pédagogiques, et avec elles les attentes des élèves et des familles, ont évolué, ouvrant de belles perspectives mais nécessitant du temps pour se les approprier et les développer (TIC, pédagogie différenciée, suivi et accompagnement individualisés).

Les missions se sont accrues en nombre et parfois en complexité.

Le métier d’enseignant a perdu en prestige symbolique autant qu’il a perdu en pouvoir d’achat. Les gouvernements successifs, à peu d’exceptions, semblent s’être attachés à casser l’image des enseignants.

Le métier est donc devenu plus dur, socialement moins valorisant, et la moindre erreur coûte cher. Résultat : le mal-être est de plus en plus fréquent chez les enseignants. Burn out et dépressions font des ravages. L’Etat se contente d’être dans le déni : des licenciements pour inaptitude aux fonctions d’enseignants mais sans reconnaître le caractère professionnel de la pathologie, des démissions, des suicides.

La sortie du métier passe par la répéitition de congés de maladie puis la résiliation du contrat du maître faute de possibilité réglementaire de « détachement » sur des emplois de la fonction publique. La démission est une autre possibilité sans pour autant que l’état permette aux « volontaires » de suivre une formation pour reconversion : les demandes réitérées de réouverture des congés de mobilité par le Snec-CFTC restent lettres mortes.

Le Snec-CFTC demande :

  • la possibilité réglementaire d’affecter les maîtres de l’enseignement privé sous contrat qui ne peuvent être maintenus dans leurs fonctions d’enseignement sur des emplois relevant de la fonction publique, avec basculement accompagnement et formation ;
  • l’ouverture de possibilités d’allègement de service, tout particulièrement chez les maîtres en fin de carrière.

Enfin, pour lutter contre la souffrance au travail, il faut la comprendre et la mesurer. Lors du CCMMEP du 4 mai 2018, le Snec-CFTC a demandé au Ministère de l’Education nationale :

  • la réalisation et la publication d’un baromètre social (à l’instar de ce qui se fait pour l’ensemble des personnels de l’enseignement agricole) ;
  • une étude sérieuse dont le résultat sera publié et débattu en CCMMEP afin d’envisager des actions concrètes et efficaces.

 

A la une

Un nouveau site web pour le Snec-CFTC !

Bienvenue sur notre nouveau site web ! Nous avons souhaité vous proposer un outil plus moderne et plus ergonomique, adapté aux technologies actuelles et aux besoins des internautes. Ce site est encore en cours de construction, son contenu sera enrichi régulièrement dans les semaines à venir. Merci de votre compréhension 🙂

Share This
agricole-2noun_219416Created using Figmachefs-2noun_1099566_cc (3)noun_605523Page 1Created using Figmanoun_1209641_ccnoun_117951Created using Figmasalarie-2Page 1Created using Figma