Le Snec-CFTC reçu par le cabinet du ministère de l’Éducation nationale

19/07/2018 | 1er degré, 2nd degré, Enseignement agricole, Toutes les actualités

Le Snec-CFTC a rencontré Isabelle Bourhis, conseillère du ministre, et Sébastien Colliat, Sous-Directeur de l’enseignement privé, sur plusieurs sujets d’actualité, le devenir du paritarisme au MEN, la politique de rémunération et la situation des maîtres délégués.

Lors d’une réunion au sein de la Fonction publique sur le devenir du dialogue social, les compétences des CAP ont été remises en question. Celles-ci sont l’équivalent des CCM (commissions consultatives mixtes) pour la fonction publique. Si leurs missions sont remises en causes en particulier sur la mobilité, les avancements…, celles des CCM le seront également. Or, les CCM sont des lieux de dialogue social indispensables au niveau local (départemental/interdépartemental/académique) pour les représentants des maîtres contractuels de l’enseignement privé. Si le ministère a entendu les inquiétudes du Snec-CFTC, il a indiqué ne pas être le maître d’œuvre de la réforme et vouloir prendre en compte les particularités liées au statut des maîtres de l’enseignement privé.

Le Snec-CFTC est également revenu sur la mise en place de PPCR (Parcours professionnels, carrière et rémunérations), et plus particulièrement sur la classe exceptionnelle pour laquelleun grand nombre de promotions n’ont pas pu être attribuées du fait des fonctions prises en considération. Le ministère dit avoir conscience de la situation et vouloir organiser une réunion bilan à l’automne 2018. Le Snec-CFTC a également insisté sur l’influence de l’avis du chef d’établissement, juge et partie sur l’avancement d’échelon et de grade, alors qu’il n’est pas l’employeur des maîtres. Le Snec-CFTC estime que pour les aspects les plus sensibles de leur mission, les chefs d’établissement, véritables chefs de service, devraient avoir à rendre des comptes.

Enfin, le Snec-CFTC est revenu sur la situation des maîtres délégués et la nécessité d’ouvrir des concours en nombre suffisant et de mettre en place des mesures de déprécarisation pour remplacer les recrutements réservés dont c’était la dernière session en 2018. La piste privilégiée par le ministère est l’augmentation du nombre de contrats offerts au concours interne (1er degré) et aux CAER (2nd degré).

A la une

2018-2019 : une année scolaire avec de grands enjeux.

La rentrée 2018 est marquée par plusieurs nouveautés : ajustements des programmes en français, mathématiques et enseignement moral et civiqueaux cycles 2, 3 et 4, évaluations en classes de CP, CE1, 6ème et 2nde, mise en œuvre de la réforme du lycée qui concerne les classes de Seconde générale et technologique avec un volume horaire affecté à l'orientation.

Autant de mesures qui, pour Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, doivent permettre de lutter contre l'échec scolaire et de mieux préparer les élèves à la poursuite d’études ou à l’insertion professionnelle.

Share This
agricole-2noun_219416Created using Figmachefs-2noun_1099566_cc (3)noun_605523Page 1Created using Figmanoun_1209641_ccnoun_117951Created using Figmasalarie-2Page 1Created using Figma