Évaluations CP – CE1 : Non au bénévolat des enseignants et aux élèves cobayes !

26/09/2018 | 1er degré, Toutes les actualités

Cette année encore les élèves de CP et de CE1 sont soumis à des « évaluations diagnostiques » destinées à « faciliter les apprentissages des élèves, donner des repères aux enseignant-es pour aider les élèves à progresser et permettre d’avoir localement des éléments de diagnostic ».

Or, dans l’enseignement privé, ces évaluations dont le temps de réalisation a été largement minoré, s’ajoutent bien souvent aux évaluations FAR. On peut se demander alors quel intérêt pour les élèves et pour les enseignants à consacrer autant de temps à des évaluations qui, en fin de compte, donneront le même diagnostic.

Alors que les évaluations des élèves de 6ème et de seconde sont prévues avec un protocole entièrement numérique en ligne avec correction automatisée, celles de CP et de CE1 sont réalisées sur papier, (quand il y a assez de livrets pour tous les élèves !). Ceci occasionne pour les enseignants une charge supplémentaire de travail de correction et de saisie des réponses.

Dès la présentation du protocole des évaluations au ministère en juin, les représentants du Snec-CFTC ont réagi sur la charge de travail supplémentaire imputée aux enseignants.

En réponse, le ministre a annoncé que 5 heures d’APC seront dégagées à cet effet. Toutefois, le caractère « confidentiel » du courrier, ajouté au fait que dans l’enseignement privé sous contrat c’est le chef d’établissement qui organise les 108 heures, conduit à ce que des maîtres exerçant dans l’enseignement privé ne bénéficient pas de cette mesure.

Pour le Snec-CFTC, dans la mesure où le ministre s’adresse aux recteurs, tous les maîtres doivent bénéficier d’un allègement de service, faute de quoi le syndicat considèrera que les maîtres ne sont pas tenus d’effectuer les saisies. Ces 5 heures ne doivent être prises uniquement sur le temps d’APC (activités pédagogiques complémentaires) pour ne pas pénaliser les élèves en difficulté.

A la une

2018-2019 : une année scolaire avec de grands enjeux.

La rentrée 2018 est marquée par plusieurs nouveautés : ajustements des programmes en français, mathématiques et enseignement moral et civiqueaux cycles 2, 3 et 4, évaluations en classes de CP, CE1, 6ème et 2nde, mise en œuvre de la réforme du lycée qui concerne les classes de Seconde générale et technologique avec un volume horaire affecté à l'orientation.

Autant de mesures qui, pour Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, doivent permettre de lutter contre l'échec scolaire et de mieux préparer les élèves à la poursuite d’études ou à l’insertion professionnelle.

Share This
agricole-2noun_219416Created using Figmachefs-2noun_1099566_cc (3)noun_605523Page 1Created using Figmanoun_1209641_ccnoun_117951Created using Figmasalarie-2Page 1Created using Figma